Connaître Dieu, l’aimer, le servir, et trouver ainsi le bonheur…

Quand le mal surgit…

(homélie du 22e dimanche, 30 août 2020)

Il ne manque pas de gens qui accusent Dieu lorsque le mal les frappe. Nous-mêmes sommes tentés de prendre nos distances avec le Seigneur lorsque nous souffrons. Nous le faisons par un réflexe humain, mais en faisant cela nous commençons à faire l’œuvre du diable. Quand la croix surgit dans notre vie, notre premier réflexe est de frapper le Seigneur avec cette croix. Pour comprendre le sens de ce que nous vivons, et spécialement le sens des difficultés que nous devons surmonter, il est nécessaire de se placer dans le grand combat de Dieu contre l’adversaire — étymologiquement, le « satan » — qui cherche à damner le monde, à le couper de son Créateur, à l’enfermer loin de la source de vie.

Des croyants plein d’audace

homélie de la fête de l’Assomption 2020. Chapelle Notre-Dame de Lourdes.

Après sa rencontre avec Élisabeth, Marie chante le magnificat. Pourtant un journaliste n’aurait rien trouver à écrire là-dessus : une jeune femme rencontre sa vieille cousine, qu’elle est venue aider à vivre une grossesse tardive. Et voilà que le petit tressaille dans le ventre de sa maman… Mais Marie dit : maintenant les puissants sont renversés, ce sont les petits qui sont élevés… Maintenant on voit l’action de Dieu ! (Lc 1,46)