Un peu de tout…

homélie du pape François le 27 mars

Lors de la prière d’adoration et de la bénédiction Urbi et orbi du 27 mars, le pape François a parlé ainsi au monde et au Seigneur : (texte intégral sur le site du Vatican)

« Depuis des semaines, la nuit semble tomber. D’épaisses ténèbres couvrent nos places, nos routes et nos villes ; elles se sont emparées de nos vies en remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide désolant, qui paralyse tout sur son passage : cela se sent dans l’air, cela se ressent dans les gestes, les regards le disent. Nous nous retrouvons apeurés et perdus », a souligné le Pape. « Comme les disciples de l’Évangile, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse. Nous nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement ».

Tout comme les disciples, nous pouvons nous sentir « perdus » et surpris par l’attitude de Jésus dans cette scène de l’Évangile : « Malgré tout le bruit, il dort serein, confiant dans le Père – c’est la seule fois où, dans l’Évangile, nous voyons Jésus dormir –. Puis, quand il est réveillé, après avoir calmé le vent et les eaux, il s’adresse aux disciples sur un ton de reproche : “Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ?” (v. 40). »

Les disciples réagissent en adressant aussi un reproche à Jésus : « “Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ?” (v. 38). Ils pensent que Jésus se désintéresse d’eux, qu’il ne se soucie pas d’eux. Entre nous, dans nos familles, l’une des choses qui fait le plus mal, c’est quand nous nous entendons dire : “Tu ne te soucies pas de moi ?”. C’est une phrase qui blesse et déclenche des tempêtes dans le cœur. Cela aura aussi touché Jésus, car lui, plus que personne, tient à nous. En effet, une fois invoqué, il sauve ses disciples découragés. »

Une supplication au Seigneur pour guérir une humanité blessée

« La tempête démasque notre vulnérabilité et révèle ces sécurités, fausses et superflues, avec lesquelles nous avons construit nos agendas, nos projets, nos habitudes et priorités (…) avec des habitudes apparemment “salvatrices”, incapables de faire appel à nos racines et d’évoquer la mémoire de nos anciens, en nous privant ainsi de l’immunité nécessaire pour affronter l’adversité », a remarqué François.

S’adressant directement au Seigneur dans une supplication dramatique, seul devant une Place Saint-Pierre vide, sous la pluie et la pénombre, le Pape a évoqué les péchés de l’humanité. « Dans notre monde, que tu aimes plus que nous, nous sommes allés de l’avant à toute vitesse, en nous sentant forts et capables dans tous les domaines. Avides de gains, nous nous sommes laissé absorber par les choses et étourdir par la hâte. Nous ne nous sommes pas arrêtés face à tes rappels, nous ne nous sommes pas réveillés face à des guerres et à des injustices planétaires, nous n’avons pas écouté le cri des pauvres et de notre planète gravement malade. Nous avons continué notre route, imperturbables, en pensant rester toujours sains dans un monde malade. Maintenant, alors que nous sommes dans une mer agitée, nous t’implorons : “Réveille-toi Seigneur !” »

Le Carême, une chance pour réorienter sa vie

Ce temps de Carême est une occasion pour « réorienter la route de la vie vers toi, Seigneur, et vers les autres. Et nous pouvons voir de nombreux compagnons de voyage exemplaires qui, dans cette peur, ont réagi en donnant leur vie. C’est la force agissante de l’Esprit déversée et transformée en courageux et généreux dévouements. C’est la vie de l’Esprit capable de racheter, de valoriser et de montrer comment nos vies sont tissées et soutenues par des personnes ordinaires, souvent oubliées, qui ne font pas la une des journaux et des revues, ni n’apparaissent dans les grands défilés du dernier show, mais qui, sans aucun doute, sont en train d’écrire aujourd’hui les évènements décisifs de notre histoire : médecins, infirmiers et infirmières, employés de supermarchés, agents d’entretien, fournisseurs de soin à domicile, transporteurs, forces de l’ordre, volontaires, prêtres, religieuses et tant et tant d’autres qui ont compris que personne ne se sauve tout seul ».

Saisir les opportunités de reconstruire du lien

Toujours attaché au soin du lien entre les générations, François s’est réjoui de voir des liens familiaux se retisser en ces temps de confinement : « Combien de pères, de mères, de grands-pères et de grands-mères, combien d’enseignants montrent à nos enfants, par des gestes simples et quotidiens, comment affronter et traverser une crise en réadaptant les habitudes, en levant les regards et en stimulant la prière ! Combien de personnes prient, offrent et intercèdent pour le bien de tous. La prière et le service discret : ce sont nos armes gagnantes ! », s’est exclamé le Pape.

François a souligné que la force de Dieu consiste à « orienter vers le bien tout ce qui nous arrive, même les choses tristes. Il apporte la sérénité dans nos tempêtes, car avec Dieu la vie ne meurt jamais. » « Dans l’isolement où nous souffrons du manque d’affections et de rencontres, en faisant l’expérience du manque de beaucoup de choses, écoutons une fois encore l’annonce qui nous sauve : il est ressuscité et vit à nos côtés. »

Le Pape s’est enfin adressé à tous ceux qui l’écoutaient, non pas physiquement, mais par le biais de la radio, de la télévision et des médias numériques : « Chers frères et sœurs, de ce lieu, qui raconte la foi, solide comme le roc, de Pierre, je voudrais ce soir vous confier tous au Seigneur, par l’intercession de la Vierge, salut de son peuple, étoile de la mer dans la tempête. Que, de cette colonnade qui embrasse Rome et le monde, descende sur vous, comme une étreinte consolante, la bénédiction de Dieu. Seigneur, bénis le monde, donne la santé aux corps et le réconfort aux cœurs. Tu nous demandes de ne pas avoir peur. Mais notre foi est faible et nous sommes craintifs. Mais toi, Seigneur, ne nous laisse pas à la merci de la tempête. Redis encore : “N’ayez pas peur” (Mt 28, 5). Et nous, avec Pierre, “nous nous déchargeons sur toi de tous nos soucis, car tu prends soin de nous” (cf. 1P 5, 7). », a conclu François.

Prier en famille…

En cette période de confinement qui peut être source d’angoisse, de sensation d’impuissance face à la situation, la prière en famille peut aider à traverser cette période et être une véritable petite bulle d’oxygène.

Comment faire pour passer un moment de prière en famille?

Tout d’abord, réfléchir sur le meilleur moment de la journée par rapport au rythme de l’enfant : chaque moment a ses avantages : le matin, histoire de commencer la journée avec Dieu et mettre sa journée sous son regard, en milieu de journée pour couper la lon…….gue journée en deux, au soir, la prière peut être un rituel qui permet de calmer et de passer une bonne nuit. Mais peu importe le ou les moments choisi(s), un petit moment suffit, mieux vaut un petit moment quotidien qu’un grand moment tous les deux, trois jours.

Préparer un coin agréable, beau dans un petit coin de la maison: il ne faut pas nécessairement beaucoup de place. Si la place manque vraiment, installer le coin de prière le temps de la prière et l’enlever ensuite. Sur www.theobule.org/coinpriere, vous y découvrirez un beau coin prière qui peut vous inspirer vous faire le vôtre.

Inviter au silence, au calme pendant quelques secondes

Faire un beau signe de croix, lentement

Commencer par un petit chant si l’enfant aime chanter : « pour entrer dans le silence », ce chant pris à la fin des messes des familles :

Pour entrer dans le silence,
et pour te prier,
pour m’ouvrir à ta présence,
en moi tout se tait.

ou simplement l’écouter sur Youtube, pourquoi pas.

On peut ensuite utiliser comme fil rouge de la prière : merci / pardon / s’il te plaît

  • Dire merci au Seigneur pour quelque de chouette, de beau qu’on a vécu.
  • Dire pardon pour un mot, un geste qui a pu blesser (en période de confinement , ça risque d’arriver un peu plus souvent :-))
  • Et demander au Seigneur de prendre soin de sa famille, de veiller sur ceux qui sont atteints du Coronavirus, sur le personnel soignant, sur tous ceux qui sont en première ligne, laisser l’enfant s’exprimer avec ses mots sur ce qu’il souhaite demander à Jésus.

Enfin finir par le «Notre Père» et une prière à Marie telle que «Je vous salue Marie»

Petit conseil : que le ou les enfants préparent le moment, installent le coin prière, allument la bougie (pas sans adulte évidemment)… : favoriser au maximum la participation de l’enfant.

Pour faire participer les plus petits, on peut imaginer des gestes à faire pendant la prière, envoyer un bisou à Jésus à la fin, les laisser mettre un coloriage dans le coin prière…

Cette fiche n’est qu’une proposition, vous pouvez réfléchir en famille sur le contenu de ce moment prière , varier en fonction des semaines, vous aider des sites proposés pour le faire… n’hésitez pas à être créatifs !

Pour les enfants

Quelques liens internet pour découvrir Jésus, la Parole de Dieu et vivre au jour le jour cette période de carême.

Il faut l’avouer, nous avons la chance d’avoir aujourd’hui des moyens que nos parents ou nos grands-parents n’avaient pas pour découvrir l’amour de Dieu: INTERNET. En cette période de confinement, nous vous proposons des liens pour garder le lien avec Dieu, notre prochain et passer des moments de foi en famille.

  • www.kt42.fr : on peut y découvrir la bible à travers de BD, beaucoup de jeux de type mots croisés, mots cachés. Site particulièrement intéressant pour les plus grands.
  • www.idees-cate.com : vous y trouverez notamment beaucoup d’idées de bricolage.
  • www.prionseneglise.fr/en-famille : c’est un site habituellement payant, mais en ces temps de confinement l’accès y est pour l’instant gratuit: c’est un site très intéressant pour vivre la célébration de la messe du dimanche en famille (dessins, prière, jeux), et il y aussi des activités pour les plus petits (3-5 ans). On peut y découvrir la bible à travers des vidéos. Et très intéressant aussi, un semainier: chaque jour, l’enfant est invité à faire un petit geste tout simple qui lui permet de vivre le carême en communion avec ce qui se passe en ce moment.
  • www.theobule.org : de très belles petites vidéos sur des thèmes variés . Des jeux, prières, bricolages en lien avec la célébration et les lectures du dimanche.

On vous propose des sites variés car chaque enfant est différent, a des goûts différents.

Et n’oublions pas les petites soeurs, les petits frères ainsi que les plus grands!

Pour prier à la maison

Voici quelques idées pêle-mêle, spécialement en ce carême de désert. Et aussi des propositions d’intentions de prière.

    • prier le chapelet. Plusieurs sites, dont celui-ci, propose de méditer les mystères de la vie du Christ et de sa Mère.
    • lire, méditer, partager sur les lectures du jour : www.aelf.org
    • retrouver l’homélie dominicale : donchristophe.be
    • la messe TV, à la radio sur La Première, à la TV sur La Deux RTBF ou Antenne 2.
    • la chaîne KTO qui propose le chapelet de Lourdes, la messe du pape à 7h, une messe à 18h15, etc.
    • la radio RCF, qu’on peut écouter en dab+ ou en streaming sur internet

Intentions de prière

  • pour le personnel de santé, qui est soumis à rude épreuve. Pour les soignants en Italie qui ne peuvent accompagner les malades comme ils le voudraient et l’estiment nécessaire.
  • pour celles et ceux qui se mettent volontairement en quarantaine ou qui y sont contraints, isolés et privés du soutien de leurs proches.
  • pour les malades qui ne peuvent être visités par leurs familles. Pour les personnes âgées confinées dans les maisons de repos ou chez elles.
  • pour les décideurs politiques et économiques, qui doivent être remplis de l’esprit de sagesse et de la vertu de prudence